Ville éternelle 3

UNE ETERNITE EN SURSIS
A Hanoï, quand sur le Hô Tây, anciennement nommé Lac des Brumes, se dissipe enfin le brouillard diaphane, la lumière de l’aube qui chasse peu à peu les ombres de la ville pour en révéler les couleurs et les volumes est un bienfait du ciel pour celui qui a dû se lever tôt. La cité s’éveille avec l’apparition, au débouché d’une rue, du premier cycliste : avec son casque kaki, sa chemisette sur le pantalon et ses sandales, il roule sans bruit vers un bureau proche ou un lointain atelier… Et puis, soudain, en une minute et comme à l’appel d’un invisible signal, ce sont dix, vingt, cinquante, mille cyclistes qui avalent l’asphalte. La rareté des feux tricolores assure à la circulation une permanante fluidité. Dès lors on roule intuitivement, à vue de nez.

On se dépasse, on se frôle, on se croise en tout sens, dans un anarchique ballet roulant, mais souvent sans le moindre heurt grâce à une souplesse et un sang-froid déconcertants. Suivant la marée des cyclistes, grondantes et filmantes, Suzuki et Honda revendiquent leur portion de macadam. Derrière le pilote casqué, tantôt des passagers installés en xe ôm (enlaçant le conducteur) tantôt des pains de glace, du charbon, voire un cochon vivant entravé. La grande invasion des deux-roues a commencé. Elle ne cessera qu’au crépuscule. Arrivent alors, en costume noir ou zinzolin, les marchandes et leur palanche. La lourde charge leur imprime une démarche toute particulière : sautillante, scandée par un basculement saccadé du bras. Foulard ou chapeau de paille sur la tête, hiver comme été elles vont s’accroupir derrière leur étal.
Qui ne connaît les marchés d’Asie devrait visiter celui de Dông Xuân pour y affiner l’oeil, le nez et le palais car couleurs, odeurs et saveurs prennent ici des valeurs insoupçonnées.

L’absence de congélateurs et de conditionnement moderne révèlent soudain des arômes, des parfums, des effluves, des fumets, des exhalaisons et des relents oubliés. Dans le marché de la boucherie les cochons dépecés sont devenus tronçons carminés, quartiers laqués, amas d’abats cramoisis, cubes de lard tremblotant ou grappes de saucisses sucrées. Plus loin on est frappé par la puissance dufraîchin de crabes ou de poissons encore vivants. Dans le marché aux fruits comment être insensible à l’acidulé des oranges vertes de Vinh, au fondant doucereux des minuscules bananes de Nam- Dinh, à la sirupeuse délicatesse des litchis translucides, à la succulence des mangoustans ou, derrière leur puanteur douceâtre, à la savoureuse pulpe poisseuse et crémeuse du rugueux durian ?

Dans le tohu-bohu mercantile il faut se laisser porter vers les étals de porcelaine, de pétards ou d’objets votifs. Là, c’est un foisonnement de bâtons d’encens, de faux lingots d’or et de faux billets de la monnaie de culte consumée lors des funérailles.

A voir: vietnam agence de voyage locale | excursion baie d halong terrestre | jonque privee cat ba | Circuit 17jours vietnam | voyage ninh binh | agence de voyage au vietnamcircuit vietnam cambodge 10 jours 

C’est dans ces marchés, ces rues populeuses où pullulent les petits métiers que bat le cœur de la ville. C’est au sein des boutiquiers, des paysans transformés en cyclos ou des gonfleurs de pneus que l’on découvre la gouaille, l’ironie, la bonne ou mauvaise humeur des Hanoiens. Comment a-t-on pu trouver cette ville triste ou austère ? Est-ce à cause de son dénuement, du délabrement de ses façades ? Comment a-t-on pu reprocher de la distance à ses habitants ? Est-ce en raison de leur pudeur qui les retient d’inviter l’étranger dans de vieilles villas décrépites et compartimentées pour loger quatres familles ? Peut-être encore parce que, de décembre à février, un crachin hivernal enveloppe la ville d’une moiteur et d’un flou fantomatique ? Mais c’est aussi la saison qui annonce le Nouvel An lunaire avec sa modeste féérie d’ampoules multicolores au-dessus de l’élégante courbe du pont de bois vermillon jeté sur le lac de l’Epée restituée, ce sont d’amicales soirées arrosées qui voient les fêtards partir avec les derniers pétards.

Sehen Sie mehr: Vietnam Rundreise mit Badeurlaub

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*