Religion

Les Vietnamiens sont bouddhistes, du moins, Vaffirme-t-on. Mais pourquoi ces dieux domestiques, ces autels des ancêtres, ces temples confucéens et taoïstes, ces églises catholiques où, malgrés l’athéisme d’Etat, la dévotion reste grande ? Sans doute parce que le Viêt-Nam est plurireli- gieux. De temps immémoriaux il a conservé un animisme complexe et y a greffé des croyances étrangères : d’Inde, le bouddhisme, de Chine, le confucéisme et le taoïsme, d’Occident, le christianisme. Ceci explique la simultanéité des cultes domestiques et de cultes publics. Encore très présent, l’animisme recherche, par divers rituels, l’harmonie entre les mondes céleste, terrestre et humain. D’où, à l’intérieur de tant de maisons, ces offrandes d’alcool, de fruits et de fleurs au dieu . du sol, Thô Công, dont l’autel à ras de terre, s’illumine de chandelles, voire de lumignons électriques.

Associé à une vertu cardinale, la piété filiale, le culte aux ancêtres procède d’une croyance en la survie d’une part de l’âme des morts. Sur l’autel, en élévation cette fois, on dispose des fleurs, on brûle des bâtons d’encens fichés dans des bols de riz devant les noms ou les photos des défunts censés protéger leurs descendants. Rituel fondamental de cohésion socio-familiale, ce culte domestique n’est lié à aucune confession. Çà et là le bouddhisme a ses temples, comme celui de Ba-da, où sont vénérés les statues des bouddhas du passé (A Di Da), du présent ( Thich Ca Mau Nhi) et de l’avenir (Di Lac). Les dévots privilégient souvent les boddhisattva, personnages saints admis au Nirvana et donc délivrés du cycle des réincarnations et de leurs douleurs, qui ont choisi de rester auprès des hommes pour les aider dans leur perfection spirituelle. Dans l’entêtant parfum des volutes d’encens la ferveur religieuse est avant tout féminine et, quoique plus réduites qu’au Cambodge ou en Thaïlande, les communautés de bonzes gardent un certain rôle.

A voir: agence de voyages vietnam | Ninh Binh | Circuit 17jours vietnam | voyage ninh binh | agence de voyage au vietnamcircuit vietnam cambodge 10 jours 

Dans ces mêmes temples trônent des divinités taoïstes tels Ngoc Hoàng, l’empereur de Jade, et ses Immortels. Médiation métaphysique, équilibre entre Homme et Nature, entre yin féminin et yang masculin constituent les grands principes du taoïsme.

Davantage éthique que religion, le confucéisme, lui, prône la cohésion familiale, sociale et au-delà, politique par un strict respect des rapports sociaux et des devoirs moraux. Ainsi des mandarins vertueux, de valeureux patriotes pouvaient- ils être divinisés, associés aux temples.
Toutes ces croyances, tous ces rites peuvent s’interpréter, se compléter sans la moindre contradiction puisqu’ici le dogme n’a pas sa place.

Il en va différemment avec le christianisme, venu avec les missions franco-ibériques, puisque le monothéisme interdit, ipso facto, toute autre croyance et pratique religieuse. Son rejet initial par des autorités, à l’arrivé des Européens, puis la dictature de Ngô Dinh-Diêm, de 1955 à 1963, basée sur un activisme catholique anti-communiste ne Ta pas empêché défaire des millions d’adeptes : à Hanoï l’office dominical de la cathédral Saint-Joseph, curiosité néo-ghotique revue par un Viollet-le-Duc, a toujours ses fidèles. Il est vrai que les Vietnamiens catholiques ne respectent pas toujours le monothéisme. Que dans bien des demeures chrétiennes figurent en bonne place, auprès d’une image biblique, la statuette de Quan Am, divinité bouddhique de la Compassion, ou, garni de mandarines et de coupelles d’alcool de riz, l’autel dédié à Thô Công…

Sehen Sie mehr: Baden Vietnam Rundreise

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*