Passer Au Sud

HÙNG TIẾN 3

Mais vous ne savez pas tout encore. Pousser jusqu’à Kim Bôi, bourgade réputée pour son eau minérale gazeuse, vous obligerait effective¬ment à faire la grande boucle, à tracer un large ovale dont Hùng Tién serait le centre, avant de repiquer vers Hanoi, où vous êtes attendu, et il est déjà seize heu¬res trente-huit. La délivrance aux étrangers d’un permis de ... Read More »

HÙNG TIẾN 2

Dans la banlieue de Ho Chi Minh Ville se visitent les célèbres tunnels de Cù Chi (pour quelques dollars de plus, on visitera dans la même journée le siège du caodaïsme en poursuivant vers le Cambodge, le repas n’est pas inclus), d’où étaient harcelés sans relâche l’ennemi extérieur, les forces occupantes américaines et le gouvernement local fantoche à ses bottes, ... Read More »

HÙNG TIẾN

Dès mon retour à Saigon, on me proposa un rendez-vous avec un agent qui arrivait juste des quartiers généraux de Nguyen Binh, le général en chef des armées Viêt-minh du Sud. Il se porta garant de mon sauf-conduit jusque dans les territoires occupés par le Viêt-minh. ACHETEZ, dans une arrière-boutique de la rue Tràng Tiên, entre le «petit lac» et ... Read More »

PRENDRE APPUI SUR 2

D’aucuns verront aussi en ceci digressions vaines et éprouvants détours : pourquoi ne pas choisir la ligne droite, semblent-ils être sur le point de dire, quelque peu impatients. Pour aller droit au but, il faudrait d’abord que le contexte s’y prête. Dans le dédale com¬plexe de la circulation vietnamienne, ceci, sorte de vade-mecum de poche, devrait, quoi qu’ils en pensent, ... Read More »

PRENDRE APPUI SUR

IL EST PROBABLE QUE, en plus des figures que l’on retrouve communément dans l’application d’un code de la route international qui serait réduit à sa plus simple expres¬sion (dépasser un véhicule, signaler sa présence, déboucher dans une rue principale, bifurquer), cha¬que pays possède les siennes propres, qui, répandues et partagées, sont, à force, intégrées aux us et coutu¬mes locales, et ... Read More »

DIX MILLE MORTS PAR AN

Dix MILLE MORTS PAR AN : la route tue. Les autoroutes, les échangeurs, les passerelles, les lignes de chemin de fer dénaturent, détruisent un paysage. La circulation sépare autant qu’elle relie. Des mesures drastiques s’imposent : respect de l’environnement, port du casque et de la ceinture obligatoire, contrôle des papiers, des véhicules, de la vitesse, du taux d’alcoolémie. Les cli¬matiseurs ... Read More »

POUR L’ÉTRANGER QUI BAGUENAUDE

POUR L’ETRANGER QUI BAGUENAUDE à travers la cité, le cas lancinant du « hello ! » est l’un des plus complexes. Un Français, qui a fini comme beaucoup d’autres par s’éva¬porer dans la nature sans laisser d’adresse (que devien-nent les milliers de motards, chauffeurs ou cyclistes croisés tous les jours, plus nombreux encore que ces ingérables « hello ! » ... Read More »

CAPITAINE

DES STYLOS, DES CAHIERS D’ECOLIER, du papier toilette, des serviettes hygiéniques, des enveloppes, des biscuits, des boissons sucrées, de la bière en cannette ou en bouteille (une seule marque : bia hà nôi), de l’alcool de riz, des variétés de riz vendues en vrac, des piments, du nuée mâm, du savon et des allumettes : voilà, de mémoire, tout ce ... Read More »

PIGNON SUR RUE, RUE SUR MAISON 3

La maison incarne pour nous cette valeur immuable qui rassure. Au Vietnam, l’État (le Peuple) possède la totalité du sol, rues et maisons confondues, dont il délivre des droits d’usage. Le prix du terrain intègre celui du bâtiment, mais ce dernier est si faible qu’il apparaît à peine (comme cette prairie du Brabant wal¬lon que vous acquérez, avec dessus, en ... Read More »

PIGNON SUR RUE, RUE SUR MAISON 2

Dans le vieux quartier des trente-six rues de Hanoi, la maison-tube typique fait trois mètres de large sur cinquante de profondeur. L’étroitesse des maisons viet¬namiennes n’est pas le seul fait de la ville mais marque les campagnes où, entourée de rizières, une construc¬tion coquette en façade avec ses couleurs, ses larges vitres, ses balcons et colonnes, s’élève sur cinq niveaux, ... Read More »