L’Asie

Le «socle» ethno-géographique 11

La stratification ethnique est-elle en voie de disparition et les minorités montagnardes en voie de marginalisation? Les travaux des anthropologues, à la suite d’E. Leach (1954), ont montré comment, dans le temps long, les sociétés hiérarchisées des riziculteurs des basses terres, au sein même de cet ensemble montagneux, n’ont cessé d’influencer celles des montagnards de l’étage intermédiaire par le biais ... Read More »

Le «socle» ethno-géographique 10

Le polycentrisme laotien : de l’enclave au carrefour Dans le cas laotien, un polycentrisme rappelant les confédérations de principautés thaïes a persisté jusqu’à nos jours. Contrairement aux autres grands Etats voisins, axés sur un ou deux grands fleuves, leur bassin versant et leur delta (Birmanie Thaïlande, Viêt Nam), le Laos, en l’occurrence le Lane Xang, n’a pas pu établir son ... Read More »

Le «socle» ethno-géographique 9

L’effacement progressif de l’étagement ou de la stratification ethnique On décrira ici plus particulièrement le processus par lequel les paysages et le peuplement de cet espace montagneux ont été profondément modifiés, depuis une trentaine d’années, en Thaïlande, pays sur lequel on dispose du plus grand nombre d’études et dans lesquels le processus est le plus avancé. L’accroissement des échanges et ... Read More »

Le «socle» ethno-géographique 8

L’interaction entre systèmes politiques hiérarchisés (gumsa) et égalitaires (gumlao) des basses et hautes terres D’autres groupes ethniques, comme les Kayah et les Kachin-gumsa, ont dépassé le stade villageois en évoluant vers des structures étatiques par imitation ou influence de leurs voisins shan. Les Kayah ont constitué sur le modèle thaï des principautés du type mông, de même les Kachin dans ... Read More »

Le «socle» ethno-géographique 7

L’étage intermédiaire austro-asiatique Lorsque, au cours de leurs migrations nord-sud, les Thaï conquérants se sont implantés dans les basses terres de la zone montagneuse, ils y ont le plus souvent trouvé des populations qui les occupaient précédemment et apparte¬naient en général au groupe ethno-linguistique môn-khmer : Kha, Khmou, Wa, Lawa (Loua), Plang ou Bulang. Celles-ci ont alors été soit refoulées ... Read More »

Le «socle» ethno-géographique 6

Systèmes politiques thaïs du Yunnan et du Nord du Viêt Nam Les systèmes politiques thaïs ont été analysés par G. Condominas (1976), après H. Maspero (1967), à partir de l’exemple des Taï Blancs, Noirs et Rouges des Sipsong Chaû Tai du nord du Viêt Nam, et par J. Lemoine (1997), qui a comparé ces derniers au royaume des Lü des ... Read More »

Le «socle» ethno-géographique 5

Sociétés sans État à territoires claniques des hauteurs à la marge Les Yi Noirs et Blancs, parfois appelés aussi Lolo, sont une des minorités montagnardes chinoises les plus nombreuses (plus de six millions) après les Zhouang, qui appartiennent au groupe ethno-linguistique austro-taï. La plupart vivent dans la zone montagneuse du sud-ouest de la Chine, à cheval entre le Sichuan et ... Read More »

Le «socle» ethno-géographique 4

Les sociétés égalitaires des hauteurs en marge Sur les hauteurs, très souvent au-dessus de 1000 mètres, la partie de l’espace souvent la plus difficile d’accès a longtemps échappé et, encore aujourd’hui, échappe en partie au contrôle étatique. Cet espace est émietté en communautés villageoises autonomes appartenant à différents groupes ethniques de langue tibéto-birmane {Hani/Akha, Kachin-gumlao, Lahou, Lisou…) ou hmong-yao. Par-delà ... Read More »

Le «socle» ethno-géographique 3

Étagement et stratification ethnique? Les géographes classiques, tels que J. Sion (1929), Ch. Robequain (1929) ou P. Gourou (1953), ont caractérisé ces «montagnes d’Extrême-Orient» comme étrangères aux plaines, parlant d’un « divorce géographique entre montagnes et plaines », à l’inverse des montagnes alpines où, au contraire, il y avait interpé¬nétration, échanges et complémentarités. Dans les Alpes, les hommes et le ... Read More »

Le «socle» ethno-géographique 2

«Montagnards» et groupes ethniques Ces populations montagnardes étaient dénommées par les explorateurs, Moï, Kha ou Phnong, ce qui signifie barbare ou sauvage ou bien esclave dans les lan¬gues des nations dominantes des basses terres (en vietnamien, laotien ou khmer). L’usage du terme même de «Montagnard» implique un lien organique entre la nature, la montagne, vue comme un milieu stable, physique, ... Read More »